29 janvier 2013

L'esprit protecteur au fond du couloir à droite

Et voilà, mon premier article... Quoi de mieux, pour démarrer un blog, que de parler des choses de la vie ? Saviez-vous qu'on ne passe "que" trois ans sur le trône, dans toute une vie ? (voir un article ICI )

 

Elias Vogelmann était un jeune homme consciencieux. Il était toujours le premier à arriver au bureau. Par endroits, le sol reluisait encore du nettoyage auquel avaient procédé les femmes de ménage. Étrangement, il ne les avait jamais croisées et leur présence se limitait à quelques bruits lointains. Les matins avaient pour lui un parfum d'après-apocalypse et de détergents.
Lorsqu'il traversait le hall décoré avec modernité, un miroir ne manquait jamais de lui renvoyer furtivement l'image d'un garçon brun au nez légèrement aquilin. Afin que ses besoins naturels n'interfèrent pas avec son travail, il se rendait toujours aux toilettes dès son arrivée.


Les néons capricieux ne dénaturaient en rien l'ambiance mystique qui se dégageait de l'endroit, inopinément propret et accueillant. Les locaux vides avaient déjà quelque chose d'irréel, mais c'était dans ces toilettes que cette impression était la plus tangible. Parce qu'elle s'y trouvait. Il la percevait clairement, même s'il ne l'avait jamais vraiment vue. Bien sûr, elle avait la capacité de se déplacer là où elle le souhaitait, toutefois ces modestes WC délaissés restaient sa mère patrie.

Prévoyant, Elias vérifiait systématiquement que le papier et le savon étaient bien à leur place. Geste dérisoire, car elle y veillait personnellement. Il vaquait alors aux occupations habituelles qu'ont les personnes qui entrent dans un cabinet d'aisance. C'était en général au moment où il finissait de pisser qu'une mélodie lui venait à l'esprit, et ne le quittait plus jusqu'au soir. De retour à son domicile il s'empressait de la consigner dans un joli carnet relié.
Le jeune homme savait que cette soudaine inspiration musicale n'était pas accidentelle. C'était son présent. Sa façon de le remercier de lui rendre visite et hommage. Celle qui occupe les lieux que certains oublient et que beaucoup méprisent. La Divinité des Pipirooms abandonnés.

 

Elias Vogelmann se lavait les mains en fredonnant, faisant mousser le savon rose au doux parfum d'amande. Prenant une grande inspiration, il expirait avec déférence et laissait résonner le silence. Un sourire éclairant son visage mat, le jeune homme quittait la petite pièce, non sans lui lancer un regard bienveillant.

 

Posté par Qi-sama à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Commentaires sur L'esprit protecteur au fond du couloir à droite

Nouveau commentaire